Jean-JaC Boucharlat

Accueil et contacts

 Derrière sa moustache légendaire en accroche-cœur,

  J.J. Boucharlat 

Toi qui viens à moi, fais comme moi,

aime et aide ton prochain

qu’il soit riche ou pauvre

ce que tu offres te reviendra.

1. Magnétiseur, rebouteux de père en fils depuis cinq générations.

2. Vertébrothérapie douce.

3. Technicien de santé pour sportifs.

4. Inventeur et enseignant de  la Vitaponcture ®

5. Revitalisation énergétique pour chevaux de course

6. Heilpraktiker (équivalent de : naturopathe en France)

Cabinet principal :

Jean-JaC Boucharlat

57, rue Anatole France

63000 Clermont-Ferrand 


Téléphone : 04.73.90.0 3. 55

jjboucharlat@yahoo.fr

Cabinet secondaire :

Jean-JaC Boucharlat

6, rue de Beljouan

47340 Laroque-Timbaut

(entre Agen et Villeuneuve-sur-Lot)

 

Téléphone : 05.53.68.74.76

Chers lecteurs et patients : j’ai ouvert une boîte de correspondance e-mail pour les personnes souhaitant participer aux stages de formation en Vitaponcture®. Je vous remercie toutes et tous de la confiance que vous me témoignez depuis tant d’années en m’informant des résultats extraordinaires que vous obtenez à la suite de la formation, que vous soyez en France ou à l’Etranger. Je suis très touché et heureux pour vous.

Autobiographie Evénements divers

Dans ma famille le magnétisme est un don héréditaire. J’ai commencé à soigner dès l’âge de 14 ans dans le sillage de mon père qui m’a guidé pendant plusieurs années.

 

Mon projet était d’ouvrir un Cabinet mais en 1975 la pratique du magnétisme était moins  courante que de nos jours, et s’installer trop jeune n’aurait pas fait très sérieux. Ayant fait cette réflexion, j’ai décidé d’apprendre le métier de cuisinier. Mon diplôme en main, j’ai eu la chance de pouvoir travailler dans de grands établissements étoilés de la gastronomie française, d’abord dans la région lyonnaise puis à Paris. 

 

En parallèle, je cherchais toujours à soulager de leurs divers problèmes de santé des personnes de mon entourage. Il était important que je dégage ce surplus d’énergie qui se manifestait par des sensations de courant électrique à divers endroits de mon corps.

 

La satisfaction de mes patients fut une excellente publicité. Je suis donc arrivé à une situation qui me fit décider de quitter la haute gastronomie pour une place de chef dans un restaurant où j’assurais uniquement le service de midi. Durant quatre ans et demi, mes nouveaux patrons ont eu la gentillesse de mettre à ma disposition une pièce où je recevais mes patients après mon service. Face à l’afflux des demandes de soins, je pris enfin la décision de lâcher les fourneaux du restaurant « Le Carrosse », rue des Capucines à Paris.

 

Á 29 ans, j’ouvrais mon premier Cabinet au 18 avenue de Villiers à Paris. Grâce à ma renommée, mon nom était cité parmi les bonnes adresses dans « Le guide des Guérisseurs », à la rubrique des plus jeunes magnétiseurs de France, puis, quelques années plus tard, dans le magazine Le Meilleur de mai 1986, dans le hit-parade des guérisseurs de génie.

 

En 1984, par l’intermédiaire de mon père, j’appris le départ en retraite d’un de ses confrères du GNOMA exerçant à Clermont-Ferrand. Je contactais aussitôt ce magnétiseur et d’un commun accord, je prenais sa relève en septembre de la même année, au 24 Place d’Espagne.

 

Dix ans après, je transférais mon Cabinet au 57 rue AnatoleFrance dans cette même ville où j’exerce toujours. A ce jour, je pratique depuis plus de 45 ans.

 

Depuis janvier 2015 j’ai ouvert un Cabinet secondaire à Laroque-Timbaut (Lot et Garonne) proche d’Agen où je me retirerai définitivement à l’heure de la retraite.

 

Pendant mes soins, je suis mon intuition, je place mes mains en fonction de la chaleur que je ressens. Elle est mon indicateur. Pour le reste, je suis « téléguidé » tout comme l’était mon père. Le principal est d’obtenir de bons résultats.

 

Actuellement cette tradition familiale se perpétue avec mon fils Gabriel, cinquième génération, qui a emboîté mon pas dès l’âge de cinq ans et qui est en train de prendre ma relève.

 

J’ai la chance d’être connu dans le milieu du cinéma et du show business.

 

Je remercie les médias (les chaines télévisées, les  radios, les journaux et revues) qui ont participé à ma réputation.

La Dépêche rencontre

 Jean-JaC Boucharlat

La Vitaponcture arrive en Lot-et-Garonne

Un clic sur chaque photo et article pour agrandir 

Revue Inexploré

Journal La Montagne

compteur